Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'univers d'Ulfin

Un voyage dans un monde contemporain et de légende.

La mariée

La mariée

Il est un lieu au Sud de Brocéliande que je n'oublierai jamais. Le château de Trécesson. Lors de mon premier passage j'avais déjà fait une rencontre inoubliable avec ses "joueurs de cartes" ( http://luniversdulfin.over-blog.com/2014/08/les-joueurs-de-cartes.html ). Après cette aventure, je me suis demandé si il ne s'était pas passé d'autres événements, mais comment savoir ? Comme à mon habitude je laissai le destin faire, et j'avais raison, les réponses me furent données par un homme que jamais je n'aurais rencontré autrement qu'en ce lieu.

La mariée

Alors que j'étais encore sous le coup de cette nuit dans le château, devant mon feu en buvant une infusion de plantes glanée dans la forêt derrière moi des bruits dans le fourré des bruits de pas discret. Alors que je m'attendais à voir sortir un animal ma surprise fut grande en voyant cette homme. Homme à l'allure massif, un visage carré taillé à la hache, il imposait le respect, quelque chose me disait que je ne craignais rien. Son regard vert était tout aussi surpris que moi, je l'invitais prés du feu à boire avec moi. Je compris sa peur quand il posa son sac à côté de lui en s’asseyant, mon nouvel ami était en train de braconner. C'est lui qui commença à me parler, en m'expliquant qu'il braconnait ici pour se nourrir et ne prenait que ce qu'il avait besoin en remerciant à chaque fois Dame Nature de son présent comme lui avait montré son père avant lui qui tenait ça de génération en génération. Il m'expliquait que lui et sa famille était devenu les gardiens de la forêt et que les animaux les arbres leurs parlaient. Ses ancêtres et lui avaient vu tellement de choses extraordinaires prés du château de Trécesson.

La mariée

Il me conta l'histoire arrivé à l'un de ses ancêtres braconnier comme lui, il était embusqué dans un bosquet prés du colombier du château par une nuit noire sans lune. Il venait ramasser les pièges qu'il avait posé sur les terres de son maître. Tous les lumières du château étaient éteintes, tous dormaient, il ne serait pas dérangé. Alors qu'il se préparait à sortir de sa cachette il entendit les pas de chevaux au galop tirant un carrosse, qui s'arrêta juste après avoir passé les douves. Trois hommes vêtus de noirs en descendirent en poussant devant eux une jeune fille vêtue de la tenue traditionnelle de mariage. Sur ses cheveux flottait un voile retenu par un jolie bouquet d'églantier,dans ses mains gantées, elle serait un bouquet de fleurs d'oranger. Elle était secoué de sanglots. Elle suppliait les trois hommes:

"Mes frères ayez pitié de moi, de nous. Vos cœurs sont endurcis par la trop grande haine qui a déchiré nos des familles et nos terres. Notre union pourrait rendre la paix à nos deux maisons. Elle effacera les querelles et les vieilles rancœurs."

La mariée

Elle sanglotait. visiblement les trois hommes ne s'apprêtaient pas à la conduire auprès de son ami, ni à l'autel. Ils semblaient bien plutôt prêts à lui administrer le dernier sacrement. Elle les implorait. Tous trois ignorèrent ses supplications. L'un d'eux prit une pioche dans la voiture, et ils entraînèrent leur victime au pied d'un vieux chêne. Pendant que les deux premiers tenaient fermement la jeune fille, le troisième commença à creuser une fosse. Elle comprit enfin quel destin funèbre lui avaient réservé ses frères. Elle voulut crier, mais ses hurlements de terreur furent étouffés par son voile de soie, que ses bourreaux entortillèrent autour de son visage. Ses yeux reflétaient l'horreur de ce qui lui arrivait. Une fois le trou achevé, la mariée fut jetée au fond, et la terre ne tard pas à recouvrir son visage défait, à tarir ses larmes, à remplir sa bouche suppliante. Leur besogne terminée, les trois assassins reprirent pelles et pioches et remontèrent dans la voiture qui partit au grand galop.

La mariée

La nuit était redevenu silencieuse. Mon aïeul se précipita au pied du chêne, et se mit à creuser avec ses mains le plus vite possible, hors d'haleine il aperçut un morceau du voile. Il accélérait, il voulait la sauver, il ne savait depuis combien de temps elle était ensevelie. Il dégagea délicatement son visage, il la sortie de la fosse, l'a pris dans ses bras et courut vers a masure. Il réveilla sa femme par ses cris, et allongea la jeune femme sur leur lit. Sa femme qui connaissait le secret des anciens se mit à la ramener à la vie. Je ne sais comment elle réussi mais le jeune mariée revint à elle. Le temps passa, mon ancêtre hébergea la jeune femme et la fille qu'elle mit au monde. Il l'éleva avec ses propres fils. Les trois frères moururent dans le mois suivant de leur assassin comment nul le sait.

La fille que mis au monde la femme que mon ancêtre devint mon arrière grand mère.

Depuis les fantômes des trois frères errent en pleur entre les deux mondes.

Libre interprétation du conte "La mariée de Trécesson" tiré du livre "Contes et légendes de Brocéliande"

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :