Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'univers d'Ulfin

Un voyage dans un monde contemporain et de légende.

Le mythe de Taliesin

Le mythe de Taliesin

Au Pays de Galles la province de Pennlyn est gouverné par le souverain Tegid Voel Le Chauve plus communément appelé Tegid Le Chauve. Cerridwen sa femme, en plus d'être très belle a de grand savoir sur les choses secrètes.

De leur union naquit deux jumeaux, une fille et un garçon, Creiwyl une enfant douce et magnifiquement belle comme sa mère, et un garçon le plus laid du Monde, Morvan. Il fut surnommé dés son plus jeune âge AfangDu, jamais plus il ne fut appelé Morvan. Cerridwen semble chérir d'avantage AfangDu plus que sa fille.Elle souhaite le sauver de son infortune, l'amour qu'elle lui porte est si grand qu'elle cherche dans les magies anciennes et les filtres les plus secrets.

A force de quête Cerridwen trouve enfin le moyen de compenser la laideur de son enfant en lui offrant la possibilité d'acquérir le savoir primordial. Elle prépare le chaudron de la connaissance et d'inspiration qui doit bouillir durant une année et un jour.. Elle sait, que Trois gouttes de ce breuvage donné à l'enfant seront pour lui l'inspiration divine, celle qui illumine l'âme, promet tous les savoirs et tous les dons. Son fils alors n'aura plus à rougir de sa laideur puisque la beauté de l'âme lui sera donnée.

Le mythe de Taliesin

La reine ne pouvant être continuellement devant le chaudron, elle désigne un jeune homme du nom de Gwyon Bach ainsi que Mordra le vieil aveugle à la surveillance du précieux breuvage. Tous les deux ils doivent veillez à ce qu'il y ait toujours du feu sous le charbon et que le liquide ne déborde pas. Ainsi font-ils, car Ceridwen, tout aussi belle soit elle peut avoir de terrible colère.

Une année est passé, le temps du breuvage pour Afangdu est arrivé. Au levant du grand jour Cerridwen part en quête d'herbes et de plantes magiques pour finaliser le remède. Gwyon et Mordra discutent tant qu'ils ne voient pas le breuvage gonfler, bouillir de plus en plus . Trop tard le liquide jailli, saute, éclabousse, surpris Gwyon se brûla la main n'ayant pas eu le temps de se reculer.

La douleur est terrible, la brûlure est intense, d'instinct il porte sa main à la bouche Trois gouttes de magie le touche tout entier, pénètre par sa bouche. La lumière, la chaleur l'envahit tout entier comme un soleil nouveau, Gwyon est ébahi, choqué : il a bu les trois gouttes réservées à AfangDu ?

Gwyon, la tête soudain remplie de savoir, sait et comprend la colère de Cerridwen: "il doit fuir !"

Le mythe de Taliesin

La colère de Cerridwen est terrible, elle crie, hurle frappe la terre de ses talons, frappe tous ceux qui passent à sa portée,Mordra ni échappe pas. Ses larmes se mélangent à ses cris qui s'entendent sur toute la Terre Galloise, tous tremblent en l'entendant. La colère , la rage et le chagrin de la Reine sont si grand qu'elle part à la recherche de Gwyon pour le châtier. Il est terrifie, il se terre, il la sait de plus en plus proche. Alors que Cerridwen s'approche, le jeun homme fait appel à sa sagesse toute neuve, il se transforme en lièvre espérant courir si vite qu'elle ne pourrait le rattraper. Peine perdue Cerridwen est bien savante elle aussi des choses de magie et elle se transforme en lévrier. Elle courre plus vite et l'approche toujours plus. Prenant son élan Gwyon se change en poisson et Cerridwen devient loutre, Gwyon en moineau Cerridwen en épervier.

Grace à son pouvoir de métamorphose Gwyon devient grain se cache dans un tas de blé. La reine devint immédiatement poule noire et avale tous les grains et par là-même Gwyon.

Le mythe de Taliesin

A l'aube d'un autre jour la Reine voit lvoit son ventre s'arrondir alors que son mari Tegid Le Chauve est parti combattre les pirates Gaël depuis fort longtemps. Elle comprend immédiatement que l'enfant qu'elle attend n'est autre que le jeune Gwyon issu de la graine qu'il était devenu et qu'elle avait avalée.

Cerridwen, le jour venu, va seule mettre au monde l'enfant, il est tellement beau que lorsque ses yeux croisent les siens, elle ne peut se résoudre à l'éliminer afin de le cacher aux yeux du monde et de son époux. Elle lui construit une sorte de couffin tressé en joncs et en mousse qu'elle confie à la bienfaisance des eaux d'une rivière qui, loin de là, va mélanger ses eaux à celles de l'océan.

Le mythe de Taliesin

Durant neuf jours et neuf nuits, Gwyon est sur les flots sans jamais pleurer, il n'éprouve ni la faim, ni la soif. L'eau de pluie prend soin de le désaltérer et tous les petits poissons de sauter hors de l'eau pour rejoindre directement sa bouche. Au soir du dixième jour il arrive en vue de la terre du roi Gwyddno, connu pour posséder un filet qui chaque soir qu'il est mis à l'eau rapporte suffisamment de poisson pour nourrir toutes les bouches du clan, et même plus. Gwyddno a un fils, Elfin, un des garçons les plus malheureux et infortunés qui soient, ce soir-là, son père l'a chargé de relever le filet, afin de lui porter chance. Habitué à son infortune il n'est pas surpris lorsqu'il relève le filet et qu'il n'y trouve que le couffin tressé et aucun poisson. Dans le couffin, il voit le nourrisson, Elfin est si ébloui par sa beauté qu'il le nomme Taliesin et reprend courage et ardeur en revenant chez lui. Son père, se lamenter qu'Elfin n'ai rien pêché pour nourrir le clan, il est tombe sous le charme de Gwyon quand il le voit. Le charme augmenta encore plus encore lorsque rassasié et réchauffé, le bébé entreprit de leur conter son histoire, celle de Gwyon Bach et Cerridwen, sous la forme d'un chant aux sonorités parfaites.

Le mythe de Taliesin

Puis Taliesin prit la parole : " Grand merci à toi, Elfin, de m'avoir ainsi recueilli et accueilli. Entend maintenant que tu ne le regretteras pas car je suis Taliesin et si bientôt mon nom brûle parmi les innombrables étoiles du ciel, crois bien que je ne serai pas ingrat et que tu trouveras avec moi une récompense à la hauteur de ta gentillesse. " Taliesin passa quatre années dans la maison d'Eflin, quatre années qui le virent passer d'enfant, au jeune homme qu'il est aujourd'hui au grand émerveillement des gens du roi Gwyddno. Tout ce temps, il s'appliqua à égayer son bienfaiteur qui, de timoré et voûté qu'il était, devint peu à peu un homme de compagnie agréable et de bonne conversation.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :