Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'univers d'Ulfin

Un voyage dans un monde contemporain et de légende.

Les douze fileuses

Les douze fileuses

Il y a de ça fort longtemps toute la famille et les serviteurs étaient endormis dans la riche demeure.Tout le monde dormait sauf l'une des filles du maître des lieux qui cardait et préparait la laine. Dehors la nuit était noire, pas de lune pas d'étoiles, alors que tous allaient se coucher, juste à la lueur d'un chandelier elle travaillait.

Soudain, des coups à la porte retentirent et une voix: " Ouvrez ! Ouvrez ! "

La jeune femme sursauta, son cœur battait à tout rompre. Après quelques instants bien que sa peur était la plus forte elle osa demander qui était là.

Derrière la lourde porte en chêne la voix lui répondit: "Je suis la sorcière à une corne."

Les douze fileuses

La jeune femme pensait que les voisins lui faisaient une plaisanterie en se présentant ainsi alors qu'ils avaient surement d'aide. Elle ouvrit la porte, à peine ouverte une femme se précipita à l'intérieur comme si elle était poursuivit. Dans ses mains une paire de carde à main et le plus surprenant au milieu de son front une corne qui semblait avoir poussé là. Elle alla s’asseoir en silence près du feu, la jeune fille n'en revenait du sans gène de cette femme, alors qu'elle s'appétait à la faire sortir l'intruse se mis à carder brutalement la laine et se mit à crier: "Où sont les femmes? Elles sont en retard."


Puis des coups retentirent une seconde fois à la porte, et une voix s'écria: "Ouvrez ! Ouvrez ! "

Bien qu'elle ne veuille pas ouvrir, elle ne put résister, une force invisible l'obligeait à se lever et de laisser rentrer la femme qui l'interpellait. Comme pour la première cardeuse, elle se rua dans la demeure . Sur son front pas une mais deux cornes et dans ses mains une roue pour filer la laine: "Place, place !!!!"

La sorcière à deux cornes se mit à filer la laine aussi vite que l'éclair.

Les douze fileuses

Encore et encore des coups à la porte: "Ouvrez, Ouvrez !"

La jeune femme ouvrait et laissait entrer les sorcières les unes après les autres. Elle se demandait quand elles cesseraient de venir. Chaque nouvelle fileuse avait une corne de plus sur son front. La douzième et dernière en possédait douze. Elles étaient toutes assises près du feu. Elles cardaient, filaient, enroulaient et tissaient.

Elles chantaient toutes ensemble un ancien chant, mais ne disaient pas un mot à la jeune fille. La peur au ventre, le chant lui glaçait le sang, les douze fileuses possédaient un regard effroyable, la vue des cornes sur leurs fronts la paralysait. Elle sentait son heure venu, elle se sentait proche de la mort, l'Ankou allait venir la chercher. Elle voulu se lever pour appeler de l'aide mais son corps ne lui répondait plus, il ne réagissait plus, plus un son ne sortait de sa gorge impossible d'appeler à l'aide.

Les douze fileuses

A cette instant l'une d'elle loi dit:" Éirigí, bean, agus a dhéanamh linn cáca." ("Lève-toi, femme, et fais nous un gâteau.")

Elle se leva, chercha un récipient pour mettre l'eau du puits pour préparer le gâteau mais n'en trouva pas.

Les douze femmes lui dirent:" Glac criathar agus an criathar le mbaineann huisce." ("Prends un tamis et avec ce tamis rapporte l'eau.")

Elle obéit, mais l'eau ne restai pas et s'écoulait, elle ne pouvait pas faire le gâteau. Elle s'assit prés du puits et se mit à pleurer.

L'entendant pleurer elles lui crièrent:" Tóg cré buí agus caonach, chuaigh siad, agus a carpeted-i strainer agus uisce a bheidh fós. Nuair a talún tú ar an choirnéal thuaidh an tí, a scairt trí huaire agus a rá, 'na mná sléibhe agus tá an spéir os cionn sé go hiomlán ar an tine." (" Prends l'argile jaune et la mousse, unis-les, et tapisses-en le tamis ainsi l'eau y restera.Lorsque tu arriveras à l'angle nord de la maison, crie trois fois et dis, 'La montagne des femmes et le ciel qui la surplombe est entièrement en feu'.")

C'est ce qu'elle fit. Lorsque les sorcières à l'intérieur entendirent l'appel, un grand et terrible cri fendit leurs lèvres et elles se précipitèrent à l'extérieur avec des lamentations et des hurlements sauvages, et s'enfuirent à Slievenamon, là où se trouvait leur principale demeure.

Les douze fileuses

L'Esprit du Puits invita la jeune femme à entrer et à préparer sa maison contre les enchantements des sorcières au cas où elles reviendraient.
Pour briser leurs sortilèges, elle aspergea le seuil extérieur de la porte à l'aide d'eau avec laquelle les servantes avaient lavé les pieds de son plus jeune frère. En second lieu, elle prit le gâteau que les sorcières avaient fabriqué en son absence en délayant la farine avec le sang de sa famille endormie, elle brisa le gâteau en morceaux, et plaça un morceau dans la bouche de chaque dormeur, et ils furent régénérer. Elle s'empara du tissu qu'elles avaient tissé elle le placa à moitié dans le coffre, à moitié en dehors du coffre. Enfin, elle barra l'entrée avec une grande poutre fixée aux montants de la porte, ainsi elles ne pourraient pas entrer, et une fois qu'elle eut fait toutes ces choses, elle attendit.

Les douze fileuses

Peu de temps après, les sorcières revinrent, et elles tempêtèrent et réclamèrent vengeance.
" Ouvre ! Ouvre ! Ouvre, Eau-des-Pieds !" S'écriaient-elles.
"Je ne peux pas." dit l'eau-des-pieds " Je suis éparpillée sur le sol, et il me faut descendre jusqu'au Lac. "

"Ouvrez, ouvrez, bois et arbres et poutre !" s'écrièrent-elles devant la porte.
"Je ne peux pas, dit la porte, car la poutre est scellée aux montants et il m'est impossible de bouger. "


"Ouvre, ouvre, gâteau que nous avons fait et mêlé de sang !" s'écrièrent-elles à nouveau.
"Je ne peux pas, dit le gâteau, car je suis brisé et meurtri, et mon sang est sur les lèvres des enfants endormis."

Alors les sorcières se précipitèrent dans les airs avec de grands cris et fuirent jusqu'à Slievenamon et jamais ne revinrent sur Terre la magie de l'Esprit du puits les avait vaincu.

Libre interprétation d'un vieux conte populaire Celte.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :