Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'univers d'Ulfin

Un voyage dans un monde contemporain et de légende.

Rencontre avec l'Ankou

Rencontre avec l'Ankou

En cet été chaud, alors que je faisais le tour d'une charmante petite église Bretonne, j'ai rencontré l'Ankou ( http://luniversdulfin.over-blog.com/2014/09/l-ankou.html ) le serviteur de la Mort, celui que l'on ne croise qu'une fois.

Ma curiosité a bien failli me perdre, en faisant tous les recoins de cette église, je ne pensais pas tomber nez à nez avec l'Ankou lui que l'on ne voit que lorsqu'il vient nous chercher pour l'Autre Monde. J'ai eu un mouvement de recul, en le voyant debout dans l'embrasure d'une porte, à l'arrière de l'église, et j'ai été tenté de prendre mes jambes à mon cou. Mais une lueur dans son regard a fait que j'étais pétrifié sur place.


L'Ankou s'est avancé d'un pas et s'est appuyé les bras sur sa pelle.

"Tu as de la chance. Mes heures de travail viennent de se terminer à l'instant " m'a t il dit en ricanant de sa voix caverneuse .

D'une voix hésitante et tremblante j'ose lui demandé:"Mais alors, pourquoi ne pas ranger vos outils ? "

"C'est pas faux, ce que tu racontes, mais, en ce moment, avec tous les vols sur les chantiers, je préfère ne pas les quitter d'une phalange. " Puis, il a tourné la tête. C'est très impressionnant, de voir tourner la tête de l'Ankou, qui tourne 360º, comme une girouette, sans que ça lui tire sur le cou.

" Dis-moi, Ulfin, tu m'as tout l'air d'un bon vivant. Que dirais-tu de partir en virée avec moi ? On pourrait aller prendre un peu de bon temps sur la côte. Il y a une éternité que je n'ai pas descendu une bonne bière. "

Rencontre avec l'Ankou

J'ai senti ma gorge sèche et j'ai bredouillé un tout petit oui du bout des lèvres.

"Nous allons prendre ma charrette. Tu n'auras qu'à t'asseoir à la place du mort. Et tu me paieras le coup, en échange du service. Pour une fois que je ne ramène pas quelqu'un de fauché ! "

J'ai manqué défaillir, en montant à la place du mort. Pas très discret, comme moyen de transport, cet engin qui grince en permanence. Pour aller dans l'Autre Monde, pas besoin de graisser les essieux , a commenté mon chauffeur, décidément d'humeur badine.

Je ne savais pas où la mort m'emmenait, je sentais ma dernière heure venue, la seule bière que j'allais déguster était celle de mon cercueil.



Soudain le squelette tourne la tête à 180º et me jette un regard presque triste, m'invitant à descendre. Je ne me suis pas fais prier, en descendant l'Ankou me dit:

"Pour le bière se sera pour une autre fois, j'ai une urgence"

J'ai eu des sueurs froides, en le voyant partir, alors qu'il me plantait là, en plein milieu de la campagne. Je venais de rencontrer l'Ankou et ne m'avait pas emmener, je ne suis pas presser de le rencontrer de nouveau.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :