Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'univers d'Ulfin

Un voyage dans un monde contemporain et de légende.

La forêt de Cunos

Ce matin là, en quittant le village pour rejoindre le hameau de Kerndol, je ne pensais pas vivre ce périple. Le forgeron Yânam m'avait conseillé de partir tôt pour arriver avant la tombée de la nuit chez son frère Dânam qui avait besoin d'un remède pour ses douleurs qui l'obligeaient à rester alité. La veille il m'avait dit:

" Ulfin en partant au lever du Soleil et en ne trainant pas, tu pourras avoir le temps de contourner la forêt de Cunos et d'arriver chez mon frère avant la nuit. Surtout ne pénètre pas dans la forêt."

J'avais suivi son conseil en me levant avant l'aube, et partant alors que le soleil se levait à peine. En arrivant dans  la forêt de Cunos la journée était bien avancée, j'avais flâné comme à mon habitude, j'avais pris le temps, j'avais profité de la beauté du paysage et de la nature. J'avais deux choix, soit contourner la forêt, passer la nuit dehors et arriver demain matin chez Dânam ou couper par la forêt et arriver avant la nuit. Mon choix fut rapide, je me devais d'arriver avant la nuit pour commencer à soulager les maux du frère de Yânam. Les paroles du forgerons me revenaient "Ne pas passer par la forêt", tant pis, je pénétrais dans Cunos. Je serais prudent tout en pressant le pas sans m'attarder cette fois.
 

J'avançais tous les sens en alerte, je sursautais au moindre bruit. Pourquoi avoir peur ce n'était pas la première forêt que je traversais, sans aucun doute les paroles de Yânam qui résonnaient dans ma tête. Je continuais ma route en me guidant avec le soleil, j'avais traversé plus de la moitié de la forêt quand je m’arrêtais à un carrefour. 8 chemins se regroupaient ici, en les inspectant de plus près je constatais  de nombreuses traces de pattes de loups plus grandes les unes que les autres. Ce que j'avais pris pour des chemins était en réalité des sentes de loup, sept sentiers convergeaient vers le huitième chemin qui était plus large que les autres. Bien sûr, c'était celui que je devais prendre.

Revenir en arrière et sortir de la forêt et la contourner était la plus sage des décisions mais me ferait arriver demain dans la soirée. Je ne n'avais pas le choix je devais suivre la piste des loups, les traces semblaient avoir 1 ou 2 heures, en gardant un rythme de marche normal, je ne devrais pas les rattraper et peut-être que la meute quitterait le chemin pour s’enfoncer dans la forêt.  Je marchais doucement tentant de faire le moins de bruit possible, à pas de loup... les traces étaient toujours là et semblaient disparaître. elles quittaient le chemin, mais je ne me sentais pas à l'aise, la peur me gagnait, que pourrais-je faire face à une meute de loup si elle décidait de m'attaquer.

J'arrivais à une clairière verdoyante, un amas rocheux devant moi formait un abri, dessous je pouvais distinguer une forme, celle d'un animal. J'avançais prudemment, tournant la tête en tout sens pour surveiller les alentours. La forme devenait de plus en plus précise, un énorme loup noir comme je n'en avais jamais vu était couché sur le côté, il haletait, il semblait souffrir. Je ne pouvais pas  le laisser ainsi, je devais l'aider. J'étais à environ 15 mètres de lui.Il grognait si fort qu'il me semblait que toute la forêt pouvait l'entendre. Je m'arrêtais, sortant de toute part des loups, plus de trente loups m'entouraient,  m'empêchant de partir. J'avais besoin de l'aide de Cernunnos il devait m'aider.

Je me mis à genoux, posa mon bâton à côté de moi, pencha la tête vers l'avant, baissa le regard et attendis. J'osais parfois jeter un regard furtif à droite à gauche quand je sentis une truffe humide dans mon dos qui me poussait  de plus en plus fort vers le loup noir. Je ne résistais pas, j'avançais doucement, le cercle des loups se resserrant autour de moi. J'étais si proche du grand loup que je pouvais le toucher, il avait une vilaine blessure à la cuisse. Une flèche d'argent la lui avait traversé et le faisait terriblement souffrir. Je devais l'aider, Lugh et Cernunnos devaient me guider m'accompagner, faire des remèdes à base de plantes, oui, mais retirer une flèche dans la patte d'un loup, non. Pratiquer de la chirurgie sur un loup Alpha, entouré de son clan, me glaçait le sang.

Je posais ma besace et commençais à m'occuper du loup. Mes gestes étaient lents pour ne pas inquiéter les loups. J'allumais un feu, mis de l'eau à chauffer. Je préparais une potion pour soulager Alpha.  À mon plus grand soulagement, il coopéra en buvant ma préparation. Je devais maintenant retirer cette flèche. Je ne saurais jamais comment j'ai eu le courage de le faire. Je la retirai, le loup hurla d'un  cri strident tellement la douleur était intolérable mais la meute ne bougea pas. La plaie désinfectée je devais recoudre, ce n'était pas possible les dieux me mettaient  à l'épreuve. Les points faits, je posais un emplâtre sur la blessure et bandais la pâte.

Je ne pouvais le laisser seul, je devais continuer de m'occuper de lui jusqu'à ce qu'il puisse remarcher. J'étais sûr que Dânam comprendrait les raisons de mon retard quand je lui expliquerais. Je restais 3 semaines avec la meute jusqu'à ce fameux  soir où ôtant le pansement d'Alpha, il se leva et marcha sans boiter, il était sauvé ! Je quitterais donc la meute demain, je devais reprendre ma route.

Le matin venu toute la meute m'accompagna, le loup noir à mes côtés, il m'arrivait à la taille. À l'orée de la forêt de Cunos, Alpha et sa meute s'arrêtèrent. Le loup me poussa vers les deux personnes qui étaient devant moi. Je  pouvais voir Yânam et Dânam, en m'approchant ils se transformérent et je pus voir Cernunnos et Lugh. Je me mis à genoux devant eux. D''une seule voix ils me dirent:

"Ulfin tu as réussi avec brio, tu as sauvé le roi des loups. Continue ton cheminement, avance."

Les paroles dites, ils disparurent, les dieux m'avaient mis à l'épreuve et j'avais réussi. Plus de doute ils me guidaient tous les deux, ils m'accompagnaient sur mon chemin.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :