Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'univers d'Ulfin

Un voyage dans un monde contemporain et de légende.

Entretien avec Pascaline

Il y a quelques mois j'ai découvert les ouvrages de Pascaline Nolot, au détours d'un chemin nos routes se croisant l'occasion fut donné pour que nous puissions échanger.

Photo:@Ulfin Liath

- Pascaline peux-tu te présenter succinctement en trois phrases ?

Bonjour, je m'appelle Pascaline Nolot. Je suis une lectrice invétérée depuis mon plus jeune âge, avec une prédilection pour les littératures de l'imaginaire. J'ai écrit des nouvelles pour diverses anthologies et j'ai actuellement quatre romans publiés à mon actif : Les Larmes de l'Araignée (fantastique jeunesse, éditions du Chat Noir), Les Orphelins du Sommeil (idem, nominé pour le prix Imaginales du roman jeunesse 2019), Sur l'écorchure de tes mots (Young Adult, littérature blanche, éditions du Chat Noir) et Éliott et la bibliothèque fabuleuse (low fantasy jeunesse, Rageot éditeur).

 

- Cela ne fait pas longtemps que j'ai découvert tes livres, mais depuis combien de temps écris-tu ?

Ma première nouvelle a été publiée en 2012, et mon premier roman, en 2017. Mais en réalité, j'écris depuis l'école primaire. L'amour des histoires et ma personnalité timide ont très rapidement fait de l'écriture mon mode d'expression privilégié – cela n'a pas beaucoup changé depuis, on va dire que j'ai gardé mon âme d'enfant !

 

- Pourquoi cette envie d'écrire des romans jeunesse ?

En réalité, il s'agit surtout de quelque chose qui s'est fait naturellement. Mes nouvelles sont à destination des lecteurs adultes mais lorsque le Chat Noir a décidé de lancer sa collection jeunesse "Chatons Hantés", l'éditrice a pensé à moi (entre autres, bien sûr) pour lui proposer un manuscrit. À partir de là, de nouvelles propositions se sont enchaînées et d'autres envies sont nées, également tournées vers les enfants ou les adolescents. Cela ne signifie pas que je ne tenterai jamais d'écrire un roman pour adultes, cependant je me sens plutôt honorée de pouvoir me revendiquer autrice jeunesse : est-ce qu’au fond, cela ne revient pas justement à écrire pour des adultes en devenir ?

 

- D'où te viennent les idées de tes romans ?

"Des idées. Je suis possédée par des idées."

Depuis que je l'ai lue (dans Possession, un excellent et terrifiant roman de Paul Tremblay PAS DU TOUT pour les enfants), je rêvais d'utiliser cette réplique bien pratique car je me sens très bête de ne jamais trop savoir quoi répondre aux questions portant sur l'inspiration... Mes idées de roman me viennent rarement d'un événement en particulier. J'ai l'impression que, dans la tête d'une autrice ou d'un auteur, n'importe quoi ou n'importe qui peut déclencher l'idée d'une histoire : cela peut venir d'un reportage qu'on a vu, d'une conversation que l'on a eue ou entendue, d'un article qu'on a lu, d'une scène surprise dans la rue, de rencontres que l'on a faites, d'une atmosphère que l'on a ressentie, d'une musique que l'on a écoutée, d'une illustration que l'on a admirée, etc. En résumé, il me semble que les sources d'inspiration sont multiples, parfois surprenantes, et je ne crois pas en avoir déjà eu une bien spécifique pour l'un de mes romans.

 

- Lequel de tes personnages te correspond le plus et pourquoi ?

Je dirais qu'il s'agit du personnage principal d'un futur roman, qui n’est pas encore écrit pour l'instant : Cassiopée, une adolescente extrêmement timide. Il se pourrait que je n’aie pas beaucoup de recherches documentaires à effectuer quant aux divers soucis et problèmes pratiques engendrés par ce trait de caractère...

 

- Je trouve génial que dans tes romans jeunesse, tu incorpores des maux graves de notre société qui touchent les jeunes et moins jeunes. Tu les traites avec puissance et douceur en même temps. Ma question arrive, comment l'idée t'est venue ?

Tout d'abord, merci beaucoup pour tes mots. "Puissance et douceur", je n'en mérite sûrement pas tant mais je suis très touchée par le compliment... Ensuite, là encore, c'est quelque chose qui s'est fait naturellement, je n'ai pas "réfléchi" au fait d'incorporer des maux de la société dans mes histoires (nous sommes d'ailleurs énormément d'auteurs et d'autrices jeunesse à le faire) : ce n'est pas parce que l'on s'adresse à des enfants ou des adolescents que l'on ne peut pas aborder ce genre de problématiques, bien au contraire. La littérature jeunesse est aussi là pour aider ses lecteurs à se construire et à appréhender le monde, certes, cela fait un peu grandiloquent de le formuler ainsi mais cela n'en reste pas moins vrai . N’oublions pas non plus qu’elle est également lue par des lecteurs plus âgés car non, la littérature jeunesse n’est pas interdite aux adultes ((je confirme, alors que Pascaline me répondait elle arborait un large sourire)

 

- Tu écris en silence absolu ou en musique ? Si en musique, laquelle en un titre ?

Contrairement à la très grande majorité de mes congénères, j'ai besoin de silence pour écrire. La musique peut m'inspirer, par exemple pour réfléchir à une scène, cependant je suis incapable de véritablement rédiger mon texte en musique... Je dois avouer que mes conditions idéales d'écriture sont plutôt le silence et la nuit (même si la nuit n'est jamais vraiment tout à fait silencieuse... les insomniaques sauront de quoi je parle !).

 

- Sauf erreur de ma part, en avril 2020 sort ton prochain roman, "Rouge". Peux-tu m'en parler rapidement ?

Effectivement, Rouge sortira en avril 2020 dans la collection Électrogène ("jeunes adultes") chez Gulf Stream éditeur. Il s'agit d'un roman de fantasy à l'atmosphère très sombre dans lequel une jeune fille survit tant bien que mal au sein de son village, à la fois crainte, haïe et rejetée à cause d'une particularité physique : une tâche écarlate qui lui dévore la moitié du visage et que les autres habitants interprètent comme la marque du Mal... C'est le point de départ d'une histoire qui mêle merveilleux et horreur, et qui aborde également une thématique de fond assez dure (je ne peux en raconter plus sans faire de spoiler). Ce récit compte énormément pour moi parce qu’il traite d’un sujet qui me touche particulièrement…. j’espère donc qu’il saura toucher à son tour le cœur des lectrices et lecteurs.

 

- Des nouveaux projets à venir ?

La publication d’une nouvelle dans une anthologie l’an prochain, ainsi que la rédaction d’un nouveau roman jeunesse.

 

- J'imagine que tu es sollicitée pour des dédicaces, des salons, des expos... Où pourrons-nous te rencontrer prochainement pour échanger avec toi ?

En fait, je n'ai pas d'événement "officiel" à venir prochainement, j'entre plutôt dans la période d'hibernation où je vais m'enfermer dans ma grotte pour écrire !

Il se pourrait que je réapparaisse au printemps 2020, affaire à suivre...

 

- Que puis-je te souhaiter pour 2020 dans le domaine de la littérature ?

Beaucoup d'inspiration... et quelques contrats d'édition, ce serait plutôt bien aussi. ^^

 

- Pour finir, fais-tu partie de la BRB ?

Je constate que tu ne lâches pas l'affaire et que tu tentes encore de me tirer les vers du nez. J'admire ta ténacité ! Tout ce que je peux te dire, c'est que si tu regardes à l'intérieur de mon poignet gauche, tu y trouveras exactement la même marque qu'a laissé le serment magique sur Éliott. Je te laisse faire les déductions qui s'imposent, j'en ai déjà trop révélé… (question que je me posais déjà dans ma chronique "Elliot et la bibliothèque fabuleuse", je crois que la réponse ne peux être plus clair ...)

 

Un grand merci à Pascaline d'avoir bien voulu répondre à mes questions. Bientôt une chronique sur les orphelins du sommeil.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :