Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'univers d'Ulfin

Un voyage dans un monde contemporain et de légende.

Érine 2531 (2ème partie)

Première partie de Érine 2531 ICI

Il approche son index droit de son bec demandant à Érine le silence. Elle s’exécute, elle sert ses genoux contre sa poitrine. La jeune femme essaie de se faire la plus petite possible malgré sa grande taille. Enfant, elle était complexée d’être toujours la plus grande de son groupe de copines celle que l’on montrait du doigt en rigolant. « L’asperge aux yeux de montre » la poursuivit toute son enfance la faisant pleurer en cachette. Elle n’était pas responsable de la génétique, elle était grande et avait les yeux vairons, elle ne pouvait rien n’y changer. Tout changea le jour où elle se rebella. Trois garçons de son âge en firent les frais : un nez cassé, des hématomes, des cocards. Quant à elle, deux doigts cassés et une semaine de renvoi du lycée. Depuis ce jour, elle n’avait plus eu peur, elle affrontait de toute sa hauteur, de son regard bleu-vert, les insultes, les moqueries et n’hésitait pas à en découdre au besoin.

Nue sous sa blouse, sa blessure saignant, blottie dans ce monde qui lui était inconnu, face à un individu effrayant, Érine tremble. Elle a peur, elle pleure. L’individu au masque de médecin de peste ouvre une porte au fond de la boutique l’invite à suivre. La jeune femme essuie du revers de sa main les larmes qui coulent laissant deux larges trainées sur ses joues noircies par la pluie noire. Dans ce qui fut une réserve, il l’invite à s’assoir sur le bureau toujours dans le plus grand silence. Une fois installée, Érine l’observe. Il lui relève sa blouse. Elle va se mettre à crier, tenter de fuir. Il lui plaque son index sur la bouche lui lançant un regard des plus explicite. Elle essaye de ne pas lui montrer sa peur. Il sort de sa veste huilée une trousse en cuir et saisit des instruments.

La jeune femme ouvre les yeux son sauveur est accroupi dans le coin opposé au bureau sur lequel elle est allongée. Il a ôté son masque, son regard bleu azur regarde dans le vide, il semble comme ailleurs. Érine s’assoie jambes pendantes, la blessure à sa cuisse recouverte d’un bandage ne saigne plus. Au pied du bureau, un pantalon, une veste huilée et une paire de rangers l’attendent. Elle s’habille rapidement, sans faire de bruit. Alors, qu’elle se dirige vers la porte, elle stoppe net entendant un bruissement où se trouve l’homme.

- Je resterai là, si j’étais à ta place. Les rues de Paris, la nuit, sont dangereuses.

La jeune femme, ne sait que faire fuir ou lui faire confiance ? Au fond d’elle partir et se réveiller. Elle est sûre que c’est un rêve. Comment pourrait-il en être autrement, elle, la londonienne qui n’a quitté son île que deux fois dans sa vie sinon que ferait-elle dans la capitale française ? Son dernier souvenir, un véhicule de secours qui la transporte au Saint Thomas Hospital et après un trou noir. L’incompréhension, la situation, tout se mélange dans sa tête lui donnant des vertiges, elle sent ses jambes fléchir, elle a juste le temps de s’appuyer sur la porte. Le jeune homme, qui ne doit pas avoir plus de trente ans, la saisit sous les bras et l’a fait s’assoir au sol.

         Érine ne se sent pas bien, elle ne comprend pas. Le jeune homme lui tend une sorte de galette qu’elle saisit et se met à dévorer sans se soucier de son contenu. Son goût n’est pas aussi infect que son apparence. Elle l’observe, elle a tant de question. Elle se lève, se dirige vers la fenêtre, observe. Face à elle, sous une lune rougeâtre, ce qu’elle avait pris pour une tour métallique écroulée n’est autre que la tour Eiffel. Le dernier étage pend retenu surement par le lierre et les lianes qui l’envahissent. Érine sursaute et recule, à la fenêtre, vient d’apparaître une araignée de la taille démesurée, elle est aussi grosse qu’un labrador en beaucoup moins sympa.

         -C’est quoi ça ? lâche-t-elle.

         D’une voix calme et se voulant réconfortante, il lui répondit : C’est une arachnoïdis minimalis, reviens dans l’obscurité, qu’elle ne te voit pas. Plus longtemps, elle t’observera et plus tu t’imprégneras dans sa mémoire et elle te traquera jusqu’à ce qu’elle t’attrape pour te …

Érine ne lui laisse pas le temps de finir sa phrase qu’elle est déjà dans le coin le plus sombre de la pièce. Son calme revenu, elle le fixe, l’interroge du regard.

         - Minimalis ? Parce qu’il en existe des plus grosse ?

         -Oui, les plus grosses font trois fois sa taille.

À ces mots, Érine manque de s’évanouir, elle qui a la phobie des araignées, elle se retrouve avec des monstres pouvant être aussi grosses qu’une vache.

         -Vas y pose tes questions. Nous avons toutes la nuit, nous partirons que demain au lever du jour.

 

        -Je ne sais pas par où commencer … un long silence avant qu’elle ne reprenne la parole. Nous sommes où, quand, qu’est-ce qui se passe dehors, comment je suis arrivée là, t’es qui … ? Plus la jeune femme pose de question plus il lui en vient à l’esprit.

         - Je suis Niels du clan des Sewer, tu es sur notre territoire. Ceux qui t’ont pourchassé ce matin étaient des Lekdä, un clan très dangereux qui chassent les humains pour les manger. Nous sommes en 2531 environ, en surface c’est le chaos. La végétation a repris ses droits, Seuls les insectes y vivent, ils sont énormes et n’ont qu’un but l »a chasse aux hommes » …

         Érine se décompose au fur et à mesure que Niels lui explique la situation. Tu déconnes ? Comment pourrais-je me retrouver en 2531 ? Et c’est quoi cette saloperie noire qui m’est tombée dessus ?

         Niels repren la parole tout aussi calmement. Comment tu es arrivée là, je n’en ai aucune idée … La pluie noire est ce que nous appelons du drocarb.

          Du drocard ? J’y comprends rien. Érine se lève fait les cents pas en restant bien dans l’obscurité de peur que l’arachnoïde minimalis.

  • C’est une pluie d’hydrocarbures qui est due à …

Niels s’arrête entendant, un bruit dans la boutique …

 

A suivre ...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :