Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'univers d'Ulfin

Un voyage dans un monde contemporain et de légende.

Journal de bord du Red Eyes

30 Avril 1763

   Moi William Grandief dit Le Pacha est pris possession du galion "Hoop", avec mon équipage. Ce navire de la flotte hollandaise est notre dorénavant. Tous les officiers Hollandais ont été exécutes, les matelots qui ont souhaité nous rejoindre ont été les bien venus. Il faut bien remplacer les morts. Les autres ont été mis à la mer dans une frêle chaloupe.

   Nous avons hissé nos couleurs, le drapeau noir à la tête de mort aux yeux rouges. Dorénavant  le "Hoop" n'existe plus, bienvenu au "Red Eyes" la terreurs des océans.

 

1 Mai 1763

   Les hommes ont fait l'inventaire des cales, nourritures, eau (pouah), bière et rhum sont en quantités suffisante pour notre long voyage.

  Nos canons ont pris place:

30 canons de 6 pouces à bâbord

28 canons de 6 pouces à tribord

J'ai fait installer sur la poupe 4 canons de 4 pouces pivotants pour protéger nos arrières. A la proue 2 énormes canons de 8 pouces. Mon gunner a fait installer boulets et poudre noire pour une utilisation rapide. Les boucaniers aidés des charpentiers ont installé une large plateforme sur le grand mat pour harceler de leurs tirs précis un éventuel abordage.

   Nous prenons la direction du Sud- Sud Est pour rejoindre la route des épices et de ses riches navires.

 

6 Mai 1763

   Les vents sont porteurs, le "Red Eyes" avance bien, la forte mer ne le dérange pas. Les hommes attendent avec impatience d'en découdre, ils ont soif de sang, d'or, de richesse. Ils ont besoin d'activité. 128 marins de la pire espèce dans la promiscuité du "Red Eyes" est dangereuse. Mes quartiers maîtres font régner l'ordre, mais pour combien de temps.

 

7 Mai 1763

  

Au large des côtes Anglaises, une frégate que je connais bien nous a pris en chasse. Le "King Mary" de l'amiral Brice, une vielle connaissance qui a juré de me faire couler. Toutes voiles dehors nous essayons de le semer, plus léger que nous il nous rattrape. Je fais pousser le "Red Eyes" au maximum mais rien n'y fait. Le moment est venu de faire parler la poudre.

   Je fais mettre notre navire contre le vent, la proue vers l'ennemie et attendons qu'il soit à portée de tire de nos canons de 8 pouces. Il y est "FEU". Deux déflagrations énormes, pas le temps d'attendre que la fumée des explosions se dissipent, nous devons reprendre le vent. La manœuvre peut être longue si les hommes ne sont pas coordonnés. Mes quartiers maîtres hurlent les ordres, mon gunner est prêt. Dans notre demi tour dès que nos canons de tribord seront en jouent du "King Mary" ils lâcheront le feu de l'enfer. Le "King Mary" n'a pas réduit légèrement sa voilure, il ne s'attend pas à ma surprise. "FEU", les 30 canons résonnent de concert, le mas de misaine de l'anglais est brisé, il ralentit alors que nous prenons le vent et le distançons. J'apperçois l'amiral Brice fulminer sur son navire. Ce soir le rhum coulera à flot.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :